Le beau temps

J'ai passé mon après midi à sentir des fûts...

Ca y est, nous entonnons enfin ce millésime 2016 qui nous aura donné quelques frayeurs.

Mais le gel et la grêle de ce printemps qui ont malheureusement touchés plus d'une d'entre nous, l'été mitigé, le superbe mois de septembre que nous avons eu, a permis au raisin d'arriver à pleine maturité dans les meilleures conditions.

Les vendanges ont donc été belles. Les cuves n'ont été que rarement remplies, mais quelle qualité! 

Un peu de patience maintenant... Laissons à ce nouveau millésime le temps de l'élevage.

Maintenant que tout est entonné, je vais pouvoir souffler un peu...

Ah non ! J'oubliais, il faut que je prépare des décorations, que j'organise des dégustations culinaires, que je participe aux trois prochaines réunions déjà prévues cette semaine...

Mais pourquoi ?, me direz-vous.

Tout simplement pour la Saint vincent tournante 2017 qui aura lieu dans notre si beau village de Mercurey!

Alors en attendant de pourvoir déguster le millésime 2016, venez nous rejoindre les 28 et 29 janvier prochain fêter le Saint patron des vignerons, joignez-vous aux défilés et aux dégustations.

Fêtons ensemble la Saint Vincent Tournante Mercurey 2017!

A très bientôt

Martine Protheau

Le gel 2016

La gelée noire... et la grêle blanche

13 avril 2016 : violent orage de grêle dans le Maconnais... 1 500 hectares touchés avec des dégâts annoncés entre 60 et 95 % de perte de récolte... Pas inédit, malheureusement mais dramatique pour beaucoup d'exploitations...


27 avril 2016 : gelée dramatique « Après trois semaines passées, le constat est hélas facile à faire et extrêmement brutal : Oui... ! Le gel du mercredi 27 avril au matin est d'une ampleur inédite sur l'ensemble du vignoble de la Bourgogne, aucun des filles de notre Association de Chablis au Mâconnais n'a été épargnée ! La pluie de la veille ayant accentuée la gelée et des parcelles qui n'avaient jamais été touchées, de mémoire de viticulteurs, l'ont été cette année. On remonte à 1981 pour de telles gelées. 54 % du vignoble bourguignon, soit 15 797 ha, sont touchés entre 0 et 30 % ; 23 %, soit 6 669 ha, entre 30 et 70 % ; 23 %, soit 6 784 ha, à plus de 70 %. Dans les vignes les plus touchées, la reprise de la végétation est très lente et il est difficile aujourd'hui d'imaginer quel sera l'impact du gel sur la quantité de récolte mais en allant plus précisément dans chaque parcelle de vigne et au regard du différentiel de pousse, l'évaluation des dégâts va permettre à chacun d'estimer les pertes subies. D'autres défis nous attendent maintenant : Il faudra bien gérer chaque cep de vigne dont le comportement sera très différent selon qu'il ait été gelé ou pas et nous devons anticiper le fait que les vendanges seront étalées dans le temps et se feront certainement en plusieurs fois. »

 

13 et 27 mai 2016 : violent orage de grêle dans l'Yonne

 

 

Un zest de bonne humeur

Un zest de bonne humeur

les Grands Jours de Bourgogne, rendez-vous incontournable des professionnels du monde, se déroulent du 21 au 25 mars. Nous nous réjouissons de vous accueillir le 23 mars de 17 à 21 heures, au Château de Chassagne, aux caves prestigieuses, pour nos Exception'elles 2016.
Nouvelle occasion de mettre en avant la typicité de nos terroirs bourguignons.

"La grâce des vins provient des arômes qu'ils tirent du sol." dit Dom Denise, moine cistercien, dans ses mémoires où il expose les atouts naturels des vins de Bourgogne.
Du nord au sud de la Bourgogne, du kimmeridigien au bathonien et au bajocien, en passant par le jurassique et les rendzines, ces divers bouleversements géologiques sont à l'origine de nos inimitables vins.

Et si le Pinot noir trouve son raffinement sur les petits coteaux calcaires, le Chardonnay exprime toute sa quintessence sur les sols calcaires et les marnes argileuses.

Après l'humeur, l'humour : au Royaume de l'absurde, la guerre de l' ortie est de nouveau rallumée !
Quelques semaines après la COP 21, ce produit naturel dont nous connaissons depuis longtemps non seulement les vertus gustatives et médicinales grâce à sa richesse en vitamines et minéraux mais aussi celles de désherbant, d'insecticides et de fertilisant est toujours interdit et fait l'objet de débats animés.
Pulvérisé ou en arrosage, il est hors-la-loi !

Entre purin d'orties et pesticides, quelle alternative ? Le canard, excellent "ouvrier" du désherbage naturel.
Mais faut-il attendre, pour l'adopter, son homologation comme désherbant naturel !

Françoise de Lostende