2020

2020 s’est montré compliqué pour nous tous. Cela devait être une année spéciale, le 20ieme anniversaire de Femmes et Vins de Bourgogne. Enfin je peux commencer de circuler afin de visiter mes amis vignerons. Je viens de rentrer de Chablis où j’ai pu déguster avec Isabelle, Lucie, Nathalie, Athénaïs et Gaëlle, Nathalie et Julie, et Eleni, entre autres.

De nos jours, c’est devenu la norme et, heureusement, et ce n’est plus une cause de remarque de déguster chez les vigneronnes autant que les vignerons. Quand j’ouvre la bouteille, je ne pense pas au genre du producteur, bien sûr que non. Par contre, je garde dans mon cœur la personne qui a fait le vin. C’est une chance inouïe pour moi d’avoir pu me promener dans les climats de Bourgogne et d’avoir fait la connaissance des vignerons qui s’occupent des vins que je bois. Ce qui augmente certainement mon plaisir, c’est que lorsque je lève le verre pour sentir le vin, je vois le profil de la vigne en question, et j’entends les mots, les phrases particulières, ou bien les rires et sourires du responsable du vin dans mon verre. Il faudrait d’ailleurs pouvoir mettre en bouteille les rires de certains !

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Les vendanges vont arriver et je viens de tomber sur ces mots de Colette, Femme de Bourgogne et grande admiratrice du vin, en correspondance avec le négociant Louis Brocard:
"Vendanges, joie précipitée, urgence de mener au pressoir en un seul jour raisin mur et verjus ensemble*, rythme qui laisse loin la cadence rêveuse des moissons, plaisir plus rouge que les autres plaisirs, chants, criailleries enivrées – puis silence, retraite, sommeil du vin neuf cloîtré, devenu intangible, retiré des mains tachées…"
*plus tout à fait le cas aujourd’hui

Jasper Morris

1

Vive 2021 !

Vive 2021 !

Je ne suis pas mécontente de tourner la page 2020, année qui s’est révélée, au fur et à mesure que le temps passait, de plus en plus compliquée ! Même si notre association a su, dès le début de l’année, et grâce à l’énergie et à la positivité de toutes, resserrer les liens qui nous unissent. Cependant, dans ce tunnel sans fin, nos nerfs ont été et sont mis encore à rude épreuve ! Nous avons toutes et tous passé plus ou moins difficilement cette année, et connu des hauts et des bas ; Mais nous traversons cette crise ensemble et unis. Certes, On ne peut pas encore s’embrasser pour se souhaiter nos vœux, mais rien ne nous empêche de penser aux merveilleux moments à venir.

L’année 2021 s’annonce malgré tout encore compliquée, même si quelques éclaircies sont désormais visibles. Et c’est réaliste, mais aussi confiante et optimiste, que j’aborde celle nouvelle année qui va, j’en suis sure, nous réserver de très beaux moments. Soyez certains que les Femmes (et Vins) de Bourgogne sauront, encore et comme toujours, partager leur passion avec vous et vous faire découvrir leurs beaux flacons chargés d’émotion... Gardons l’énergie ensemble et Restons patients, mais également prudents.

En cette période si particulière, je vous souhaite simplement et très sincèrement surtout la santé, le bonheur et un brin d’accalmie globale pour vous tous et ceux qui vous sont chers.

Bien à vous,

Nathalie Fèvre

1

Sous le soleil …. des Tropiques

Sous le soleil …. des Tropiques

 

En ce printemps 2020 alors que la France vit au ralenti, confinement oblige, en Bourgogne, nos vignes débordent de vitalité et nous demandent énergie et coordination des travaux sous un ciel azuréen où seuls se croisent quelques oiseaux.
La nature a rarement été aussi belle. Elle s’éveille rapidement par ces températures presque estivales et quelques rapides averses.


Que nous réserve ce millésime 2020.


Les mois s’enchaînent toujours sous le soleil avec un déficit pluviométrique plus ou moins marqué selon les lieux, même très rapprochés.
Les pronostics vont bon train, les vendanges seront très précoces et le millésime excellent.

Le 12 août, les premiers coups de sécateurs sont donnés au nord de Mâcon. Les vendanges sont plus précoces dans cette partie « Côte d’Azurienne » de la Bourgogne.
Plus généralement c’est à la fin août que les vendanges battent leur plein du sud au nord de la Bourgogne.
Pas toujours aisé de trouver des vendangeurs avec les contraintes sanitaires. Les vignerons se sont organisés, pas de repas, chacun sa gourde, distribution de casse croûtes par une seule personne, aménagement des horaires, distanciation sociale, distributeurs à pédales de gel hydroalcoolique, masques obligatoires dans les chais, etc.
Conscient de nos difficultés, chacun fait de son mieux, avec bonne humeur, pour rentrer la récolte dans les meilleures conditions.


L’état sanitaire des raisins est excellent, pas ou peu de tri. Dans la partie méridionale et d’autres plus septentrionales de la Bourgogne, une pluie droite et fine a été particulièrement bienfaitrice à l’aube des vendanges. Une autre, au milieu des vendanges, a contribué au maintien d’une parfaite teneur en sucres.
Les analyses des premiers moûts confirment celles des prélèvements, l’équilibre est là, bon PH, acide tartrique bien présent, fruits, degrés conformes à nos cahiers des charges.
2020 est à la hauteur de nos attentes. La Bourgogne peut être fière de son millésime.
En fonction de l’exposition des vignes et de la pluviométrie, les rendements sont contrastés. Restons optimistes, la moyenne, inférieure aux rendements, reste satisfaisante particulièrement dans les appellations blanches. Le manque d’hygrométrie s’est davantage fait sentir sur les Pinots noirs.
Hors du commun, cette année 2020 laissera d’inoubliables saveurs pour le plaisir de nos papilles.


« Bonum vinum laetificat cor hominis » - « Le bon vin réjouit le coeur de l'Homme »
L’Eclésiastique, XL, 20


Françoise de Lostende
Château de Vinzelles

1

Notre pièce d'Auxey Duresses 1er Cru les Duresses 2018

 

 

Après l’acquisition aux enchères aux Hospices de Beaune en 2018 de la pièce Auxey Duresses 1er cru les Duresses 2018 Cuvée Boillot par Femmes et Vins de Bourgogne, voici le fruit de l’élevage réalisé par Ludivine Griveau en tandem avec la Maison Pierre Mayeul.

288 bouteilles qui seront à destination “caritative”. À suivre...